Une école privée spolie les enfants d’une école publique à Limoges, grâce à la nomenklatura locale.

Publié le par ecolepublique87

Depuis le 02 septembre 2011, les enfants de l’école publique de Landouge (Limoges) sont privés d’une partie de leur cour, d’un préau et d’une salle de garderie. Cette situation est la conséquence directe de l’installation d’une école privée (Calandreta Lemosina) dans les anciens locaux de cette école imposée par la municipalité. Cette mesure présentée comme un état d’urgence, à caractère temporaire, utilise le prétexte que ces enfants n’avaient plus de toit suite à un dégât des eaux, survenu début août, dans les anciens locaux de cette école privée.

Il est à noter que ces anciens locaux, bien que ne répondant pas aux dernières normes de sécurité, en vigueur étaient réhabilités pour le jour de la rentrée, soit le 02 septembre 2011 (constatation devant huissier de justice).

La décision s’est faite sans concertation et sans délibération au conseil municipal. L’installation à titre gratuit, sans désaffectation préalable des locaux de cette ancienne école, d’une cinquantaine d’élèves du privé,  pose de multiples problèmes sur le plan juridique.

Citons parmis ceux-ci  le fait que :

·         Le directeur de l’école publique reste responsable de la totalité des locaux et des personnes qui s’y trouvent, bien que la situation lui ait été imposée le jour même de la rentrée.

·         A ce jour, aucune commission de sécurité n’a donné son aval.

·         Les locaux, considérés comme insalubres et refusés au directeur au motif du coût des travaux, ont été réhabilités au frais de la municipalité sans décision du conseil municipal.

·         La municipalité souhaite mélanger les élèves des deux écoles dans la cour, ce qui est illégal (cf code de l’éducation).

·         Les services de la mairie nous assurent qu’en cas d’accident, ce sera son assurancequi interviendra. Or, après renseignements, celle-ci ne couvrira pas un accident commis par un enfant de l’école privée, au préjudice d’un enfant issu du public.

En outre,  la directrice de la Calandreta Lemosina, a déclaré fin septembre, au cours d’une réunion d’une autre association que leur installation dans les locaux de cette ancienne école était définitive.

 

Pour solutionner ces problèmes, la mairie a prévu la pose d’un portail  à ses frais (donc sur des fonds publics) pour créer une cour de récréation  à la disposition de l’école privée.

Il semble donc comme fait acquis que la mairie de Limoges préfère assurer l’installation d’une école privée dans les anciens locaux d’une école publique, coute que coute, au détriment de la sécurité des enfants de l’école de la République.

Malgré un premier recours gracieux, la mairie reste sourde et stigmatise les parents d’élèves de l’école publique de Landouge par l’intermédiaire de la presse régionale, « le Populaire du Centre » pour ne pas le citer.

 Aucun droit de réponse n’a pu être publié malgré notre insistance.

De même une autre association a elle-même demandé un correctif face à l’ampleur de la déformation de leurs propos dans ce journal.

A ce jour, ce correctif n’a toujours pas été publié, et aucune date concernant sa publication n’a été fourni par « le Populaire du Centre ».

Cette école privée reçoit des subventions publiques votées par la majorité du conseil régional, non compétent concernant l’enseignement du premier degré, pour ne parler que de cette collectivité publique.

36 370€ en 2008

36 370€ en 2009

45 000€ en 2010

45 000€ en 2011

 

Le vote concernant l’avis du conseil municipal concernant la désaffectation des locaux de cette ancienne école s’est tenu le 6 octobre 2011.

Fait alarmant, deux conseillers municipaux dont les enfants sont inscrits à la Calandreta lemosina, ont pris part à la délibération et au vote. On est donc en présence d’un cas typique de conflit d’intérêt.

 

De plus, une élue ulcérée par notre action, à répondu à l’une de nos membres, qu’elle était exaspérée qu’on lui « balance du Jules Ferry » dans chacun de nos courriers.

Bien triste attitude d’une élue, incapable de tenir son rang dès lors que des citoyens ne demandent que le respect de la loi.

                                              

Notre collectif de parents d’élèves de l’école publique de Landouge lançe donc un appel d’aide et de soutien aux organisations laïques pour faire en sorte que soit garantie la sécurité de tous les enfants et respectées les lois républicaines de financement du privé, ainsi que la loi de 1905 : école publique fonds publics, école privée fonds privés.

 

Pour que vive la laïcité, défendons-la !

 

Commenter cet article

LAURIERE 27/11/2011 22:35


Définition de la laïcité :
"La laïcité désigne le principe de séparation dans l'État de la société civile et de la société religieuse. Elle désigne également le caractère des institutions, publiques ou
privées, qui, selon ce principe, sont indépendantes du clergé et des Églises".
Quel rapport avec votre blog ??...

ecolepublique87 27/11/2011 22:52



Déjà répondu à maintes reprises!


Voir l'ensemble des articles.



denis v 18/11/2011 11:46


Ca ne sent quand même pas très bon votre affaire... Que d'énergie dépensée inutilement pour tant d'aigreur... Ne vous rendez vous pas compte un seul instant que vous piétinez les principes que
vous proclamez haut et fort ? Triste société que celle dans laquelle on s'imagine que l'on aura plus parce que l'autre aura moins... Triste situation que celle de l'école si elle ne doit plus
être défendue que par des gens comme vous... il n'y a pas bien cher à donner de vos valeurs et de celles de la République quand on voit ce que vous prétendez en faire... Alors pourquoi ne
prendriez vous pas un peu de vacances ?

ecolepublique87 18/11/2011 16:02



Je pense que vu les propos détestables qu’ont subi les parents d’élèves de l’école publique de Landouge, votre remarque olfactive n’est pas très appropriée.


Vous parlez de principe, je vous accorde celui de la liberté, la liberté d’inscrire votre enfant dans un organisme privé.


Je vous parle moi d’égalité, d’égalité de traitement en termes de moyens alloués. Si les élèves de l’école privée veulent plus de moyens, je ne suis en aucun cas
contre, à partir du moment où ce sont leurs parents qui assument cette différence de traitement. Au risque de vous surprendre, je vous annonce que le budget de l’éducation nationale est une somme
fixe.


Si vous distribuez une partie de cette somme à l’école privée vous ne pouvez en aucun cas reporter cette même somme pour l’école publique. C’est de l’arithmétique
de base.


Quant à la République, nous nous plions à ses règles, nous aimons croire encore qu’elle est là pour faire respecter les grands principes qui forment notre nation
indivisible, qu’elle est la seule garante de l’égalité des chances,  des valeurs qui garantissent la liberté,  l’égalité et la fraternité au sein de notre pays.


La République pose des principes unificateurs et protecteurs comme la laïcité et la langue française pour n’évoquer que ceux-ci. Le communautarisme et
l'exacerbation du régionalisme ne font que diviser.


Enfin, suite à votre sympathique invitation à la villégiature, il me vient une idée.


Je propose également à la Calandreta d’aller effectuer une excursion, d’une durée indéterminée comme elle en a pris l’habitude, dans d’autres locaux que ceux de
l’école publique de Landouge.