L’heure du choix.

Publié le par ecolepublique87

Voici la situation que l’on peut observer aujourd’hui au sein du groupe scolaire de Landouge.
On stigmatise les parents d’élèves de l’école publique, car ils s’opposent à l’installation d’une école privée, qui occupe des locaux qui étaient jusqu’à présent dits « insalubres », donc inutilisables par l’association des parents d’élèves et par les enfants de l’école maternelle.
Or, d’un coup de baguette magique, ces locaux sont disponibles et adaptés à l’enseignement de la Calendreta, qui s’installe sans autre forme de procès dans les lieux, grâce à la volonté de la mairie de Limoges.
Mais il y a des indignations justifiées, derrière lesquelles se cachent la volonté farouche d’égalité des chances et d’un choix de société érigé depuis plus de 150 ans.
Car c’est bien ce choix auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. En effet, les élèves de l’école publique se retrouvent à 25 minimum par classe, dans une cour à l’espace réduit, privée de préau au profit d’une école privée, certes laïque et sous contrat avec l’éducation nationale, mais qui bénéficierait de l’espace et des moyens de l’état, tout en n’étant que 15 par classes. Nous voilà bien devant un fait accompli d’une société à 2 vitesses, qui met en péril les bases de notre société.
Le pire, c’est de découvrir que cette situation est soutenue et imposée par la mairie de Limoges, ainsi que par l’inspection académique, représentant de l’Etat, qui impose une situation où l’école privée occupe l’espace de l’école publique. Ces représentants ont-ils oublié le combat mené par Jules Ferry ?
Est- il possible de résoudre la situation autrement ? Si on en croit les représentants de l’Etat, non.
Néanmoins posons-nous la question.
L’intégration des enfants de la Calandreta au sein de l’école publique de Landouge, dans le cadre du service public, est encore possible, mais cela aura un coût, en terme d’augmentation du personnel et qui devra être assumé par le rectorat de Limoges, dont un Inspecteur nous dit « Qu’il faut voir la situation comme une situation d’urgence, et que nous nous devons d’aider ces enfants, tels des randonneurs dans un gite ». Alors oui, aidons- les, mais dans le cadre de l’école publique, avec des moyens publics adaptés.
Quand à l’enseignement de l’Occitan, pourquoi ne pas envisager son enseignement dans l’école publique de Landouge, dispensé par des intervenants sélectionnés et encadrés par le rectorat de Limoges, comme c’est déjà le cas dans certains collèges. Cela a bien entendu un coût, mais le service public se doit d’assumer un enseignement, plutôt que de soutenir une privatisation de ses services.
Ne laissons pas un exemple de société à 2 vitesses s’imposer à nous.
Plutôt que de séparer les enfants de ces 2 écoles, et d’instaurer un climat de défiance par rapport à l’école publique, il faut les réunir, pour maintenir les valeurs de l’école républicaine, seule garante de l’égalité des chances de notre société.
La défense du régionalisme ne doit pas être un prétexte à l’érosion de la qualité de l’enseignement public.

Un collectif de Parents d’Elèves de Landouge

Commenter cet article

fanny 20/11/2011 19:43


En lisant les quelques lignes de Mr Cogneiras, je me suis dit qu'il s'agissait forcément d'un usurpateur d'identité, à mes yeux il n'est pas possible qu'un élu, de sûrcroit avec son étiquette, ne
puisse écrire ce genre d'inepties...rassurez moi dites moi qu'il s'agit bien d'un usurpateur.....


Premièrement ce monsieur n'a pas l'air de comprendre où se situe le débat, je me fiche de la langue que l'on apprend à la calandreta : l'occitan, le breton, l'anglais, le chinois ou le
togolais.........je ne suis contre aucune langue régionale, nationale, étrangère, proche ou lointaine, vivante ou morte!!!! Je suis contre une seule chose dans cette histoire, le financement
d'une école privée au détriment de l'école publique!!!!!!


et c'est donc être raciste ça????? ne pas vouloir financer une école privée parce qu'une seule école, celle de la république, publique, laïque, gratuite, est la seule à pouvoir garantir l'égalité
des chances de TOUS LES ENFANTS!!!! Avant d'utiliser des mots qui n'ont aucun sens, pensez à tous ceux que vous blessez et qui sont réellement victimes de racisme tous les jours, ceux qu'on prive
de droits fondamentaux .......comme celui de s'instruire par exemple, parce qu'ils sont différents...


Je ne crois pas que les enfants de la calandreta soient privés de s'instruire en s'inscrivant dans n'importe quelle école publique, les portes leur sont grandes ouvertes; leurs parents ont choisi
un mode d'enseignement différent, très bien, alors qu'ils l'assument!!!!!!


et ce que vous prônez monsieur, cela s'appelle comment? financer une minorité pour qu'elle puisse bénéficier de privilèges en étant 15 par classes, comment peut on le nommer? je n'ose
le dire....... pour la simple et bonne raison que s'il ne s'agit pas d'un usurpateur, lors des dernières élections, j'ai vraiment donné ma voix à n'importe qui...........

Cyril Cognéras 19/11/2011 10:16


Vous racontez n'importe quoi sur ce blog et j'espère que vous avez honte car non seulement la Calandreta est laïque mais n'est pas régionaliste! Je connais plusieurs des parents d'élèves et il
s'agit d'enfants de l'école publique qui ont choisi une pédagogie active, associative sous contrat. Faites plutôt tomber les a priori, créez une synergie, apprenez à depasser les différences au
lieu de sombrer dans l'intolérance et le racisme.


C

ecolepublique87 20/11/2011 12:17



Ces propos, insultants, nous semblent un peu courts, M Cognéras.


En quoi notre actions, nos propos sont intolérants d'un point de vue légal ?


En quoi sommes nous à vos yeux des racistes ?


Il est plus que facile de jeter un pavé dans une mare, il est bien plus difficile d'étayer un bâtiment.


Avez vous au moins quelques arguments, un contradictoire digne de ce nom à nous exposer.


Nous, nous ne donnos pas dans le populisme.



Nouguier 11/11/2011 12:09



Je retire les privilèges, c'était déplacé.


Je ne nie pas les difficultés des enseignants et leur implication dans leur travail.


Mais je doute que l'état soit le garant de l'égalité. Ce n'est pas un hasard si vous avez cité Jules Ferry et non pas Jean Jaurès qui était contre une école étatisée.


 



ecolepublique87 11/11/2011 13:22



Quelques lois fondatrices…. Jaurès a lui participé à l’élaboration de la loi de séparation de l’église et de l’état de 1905. Nous ne pouvons que citer en référence des lois existantes et qui
concernent l’école publique puisque c’est notre sujet !


Loi du 28 juin 1833


Loi Guizot : une école dans chaque commune.


Toute commune doit entretenir une école primaire privée ou publique.


 


Loi du 15 mars 1850


Loi Falloux : école privée / école publique.


Elle supprime le monopole universitaire, autorise l’ouverture d’écoles congréganistes et accorde au clergé le contrôle sur les écoles publiques.


Loi Paul Bert : charte fondamentale des Ecoles Normales.


Obligation d’ouvrir une Ecole Normale pour les filles dans chaque département. On y prépare le brevet supérieur.


A partir de 1880, le certificat d’aptitude au professorat dans les écoles normales et dans les écoles primaires supérieures est mis en place.


Loi du 9 août 1879


Loi Jules Ferry : gratuité.


Mise en place de la gratuité absolue de l’enseignement primaire dans les écoles publiques.


Loi du 16 juin 1881


Loi Jules Ferry : obligation et laïcité des programmes.


L’instruction primaire est obligatoire pour les enfants de 6 à 13 ans. La neutralité religieuse dans l’enseignement scolaire est imposée.


Loi du 28 mars 1882


Loi Goblet : loi organique et laïcité du personnel enseignant. Dans les écoles publiques, l’enseignement est exclusivement confié à un personnel laïc.


Fixe le statut des instituteurs, des directeurs, des maîtres de cours complémentaires, des professeurs d’école primaire supérieure.


 



Nouguier 11/11/2011 00:37



Laïcité, égalité, de beaux mots mais fossilisé dans le giron du monopole


d'état de l'éducation.


Comment osez vous parler de Jules Ferry, un raciste, un colonialiste, internet


regorge des horreurs dites ou faites par ce personnage.


Les calandretas et non les calendretas, il est vrai que les monolingues franco français admirateur de Jules Ferry ne vont pas s'abaisser à savoir écrire des sous langues parlées par des peuples
inférieur.                                                       


S'il existe des calandretas, c'est sur la volonté du public, un public lassé d'une école "publique" responsable d'un véritable génocide culturel, d'une falsification de l'histoire. Mais votre
temps se termine, sous prétexte de grands principes nous savons que vous défendez seulement vos privilèges, votre vision du monde fin 19eme. La cour de récréation séparée en deux vous ressemble
et parle pour vous, vous me rappelez ces nostalgiques russes de l'époque des soviets qui défilaient sur la place rouge. Vous me donnez envie de voter Sarkozy.


 


 


 


 



ecolepublique87 11/11/2011 11:28



Dans l'enseignement public, heureusement qu'il existe des repères fixes, des fondations solides auxquels les acteurs du service public croient encore. Parler de Jules Ferry, nous parlons juste de
son action qui a permis à nos grands parents de savoir lire, écriire , compter aux fins fonds de leurs campagnes. C'est tout de même l'école publique qui venue, par une volonté politique de
l'état, les instruire dans des lieux isolés. Le peuple parlons en ! C'est l'instruction dispensée par la seule école de la République qui est le garant d'une égalité entre les citoyens et qui est
aussi la seule garantie de la naissance de leur libre arbitre ! il est vrai qu'en votant M Sarkozy aux prochaines élections présidentielles vous allez réussir à mettre fin à notre vision de la
société en général , et de l'école publique en particulier !  Mais ne vous leurrez pas , dans cette privatisation l'apprentissage des langues régionales subventionné par des fonds publics
n'aura aucune place (cf les dernières études commandées par monsieur Chatel) En outre, un combat juste au 19 ème siècle pour l'égalité de tous nous semble encore juste aujourd'hui ! Nos
privilèges ?? quels privilèges ??? celui d'aller enseigner à 800 km de sa famille pour aider des élèves( à 35 par classe!) à s'intégrer dans la société ou celui d'enseigner à 15 par classe à
moins de 5 km de chez soi ? ou sont les privilèges???


Où avez vous vu et lu que nous considérions les autres comme inférieurs ? Pour nous il n'y a aucune hiérarchie entre les langues, ce qui ne semble pas être votre cas! deplus, quant à la
falsification de l'Histoire: il ne tient qu'à vous d'écrire des manuels scolaires. Enfin, c'est à cause des assurances que la cour est séparée en 2 , qui y a t-il de plus libéral qu'une assurance
? Au cas où vous n'auriez pas compris nous nous inquiétons de la sécurité de TOUS les enfants sans exception!



Dominique 27/10/2011 10:49



Reçu le 27/10/11


Bonjour.bravo pour votre blog.qui montre la situation réelle que vivent les enfants, les parents de l'école de landouge.ce blogue ne parle que de la verité. il faudrait le diffuser sur tout Limoges pour faire taire toutes les personnes pas du tout concernées mais qui critiquent l'école de Landouge parce qu'elle ne veut pas prêter
un bout de cour...alors qu'elles ne connaissent même pas le sujet. Encore bravo.



ecolepublique87 27/10/2011 10:50



Bonjour, nous vous remercions de votre soutien et votre message sympathique.
Nous mettrons votre commentaire en ligne.
Vous pouvez beaucoup nous aider, et surtout aider les enfants à récupérer leurs espaces en diffusant au maximum notre adresse blog. Plus vite la vérité se saura et plus nous aurons de chance de
retrouver la tranquillité.

nous allons continuer à alimenter le blog très régulièrement.

@ bientôt, laïquement,