Excellent article : "laïcité et RGPP, un oxymore" par Ch.Couillard

Publié le par ecolepublique87

A lire absolument sur le site Comité Laïcité République

 

Excellent article, résumant très bien la situation de l'école aujourd'hui soumise à une pression et une gestion ultra libérales avec les conséquences que nous observons sur le terrain: la suppression de postes, les fermetures de classes, l'abandon des missions de l'état au privé.

Ce n'est pas nouveau, mais l'accélération de ces dernières années et la confusion entretenue par certains déclarant haut et fort " assurer des missions de service public" risquent fort de porter les derniers coups à l'Ecole de la République.

Il ne suffit plus d'être vigilants, c'est trop tard! Il faut monter au créneau en ayant bien conscience qu'on veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes !

L'Ecole de la République est la seule à pouvoir assurer l'égalité des chances, si on lui en laisse les moyens ... Organiser la concurrence entre les écoles par l'intermédiaire des "projets d'école" qui doivent être "innovants", ou par le financement d'écoles privées sous couvert d'un besoin reconnu de telle ou telle pédagogie, laisser au privé la prise en charge des handicaps ne sont ni plus ni moins que des moyens d'en finir avec le modèle de l'école de la République pour TOUS!

Non seulement nous devons dénoncer ces manoeuvres (qui trouvent de l'écho à gauche n'en déplaise à certains!) mais il est déjà tard! Les organisations laïques empêtrées dans des petites luttes d'influences locales doivent se réveiller ! Comment ont-elles fait pour réunir plus de 10 millions de signatures en 1960 ???

Lutter, manifester, récupérer des postes un à un est indispensable. Mais ne doutons pas que ceux qui profitent du démantèlement de l'Ecole de la République, ont depuis longtemps placés leurs pions sur l'échiquier.

Serons-nous la génération qui laissera faire ces fossoyeurs ? Est-ce réellement l'Ecole que nous voulons pour nos enfants et petits-enfants ? Car ce n'est pas celle là que voulaient pour NOUS les Fondateurs.

 

Maryline Maureil

 

Commenter cet article