A propos de tolérance...

Publié le par ecolepublique87

Académie française, 8ème édition:

Définition 1 : Condescendance, indulgence, action de supporter ce qu'on ne peut empêcher ou qu'on croit ne devoir pas empêcher. Longue tolérance. Ce n'est pas un droit, c'est une tolérance. Il ne jouit de cela que par tolérance.

 

 


 

"Le concept de tolérance, né des guerres de religion, peut devenir dangereux car il installe "en supérieur" celui qui manifeste de la tolérance, de l'indulgence et installe en inférieur celui à qui la tolérance est accordée. (...) C'est pour cela la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 ne fait pas appel à la tolérance mais au droit: tous les hommes naissent libres et égaux en droits et l'état garantit la liberté absolue de conscience.(...) 

Dans un monde jusqu'alors dominé par l'affirmation des différences, par la hiérarchie entre les ordres, entre les races, par l'exclusion religieuse, par le respect de la pureté du sang, par la division des humains en groupes dominants et dominés éclate une idée nouvelle dans l'article 1er de la déclaration des droits de l'homme."

 

source: Bernard DESBALS dans le compte rendu de la conférence débat du 9 décembre 2010 à Limoges par le Grand orient de France et la Libre Pensée.

 

 

On nous a très souvent demandé de faire preuve de tolérance depuis le début de cette affaire. Tout ce que nous demandons c'est que les lois républicaines soient respectées et appliquées. Est-ce réellement de l'intolérance ? D'autres solutions existent, bien plus respectueuses de tous:

1) le relogement approprié des élèves de la Calandreta dans le parc privé : ça existe !

2) l'installation de salles de garderie adaptées pour les élèves de maternelle le soir: avec jeux, tables, activités...

3) le retour aux conditions antérieures pour la garderie du matin et les activités margoulines qui doivent avoir lieu dans l'enceinte de l'école d'après les textes.

4) Stopper les financements à objet déguisé, l'octroi de matériel, personnel, espaces et locaux publics à titre gratuit.

 

Pourquoi serions nous indulgents avec cette situation et ces décisions abérrantes ? Pour quelles raisons devrions nous tolérer ces illégalités et incohérences aux détriments de tous ?

 

 


Commenter cet article

ecolepublique87 24/11/2011 10:46



ecolepublique87 24/11/2011 10:47



Nous nous joignons à l'association des parents d'élèves de Landouge qui condamne cet acte. Nous espérons que la lumière sur cette affaire sera faite le plus vite possible.



ecolepublique87 22/11/2011 00:41


L'information concernant les dégradations des locaux sera vérifiée demain matin à la première heure.

Cé écritdessus 21/11/2011 23:46


Lettre ouverte aux caillasseurs d'écoles maternelles, à
ceux qui les soutiennent et à 
ceux qui les excitent...

Déjà ulcéré par les dégradations dont a été victime ce
week-end la Calandreta lemosina, 
c’est avec stupéfaction que je viens de prendre
connaissance des textes publiés sur le 
blog «écoles publiques 87.»

Si l’on devait se fier à son seul en-tête, on pourrait
penser y trouver des informations 
utiles aux mobilisations contre les suppressions de
postes, de classes ou de filières qui 
frappent l’Education Nationale dans notre département ou,
pourquoi pas, une réflexion sur 
l’évolution du contenu des programmes scolaires… Rien de
tout cela.

Ce qui menacerait d’après vous l’école publique, la
laïcité et pourquoi pas la République 
passionnément égalitaire dans laquelle nous vivons toutes
et tous (et dont on peut 
d’ailleurs mesurer chaque jour le souci de probité, de
justice et d’équité) est à la fois 
beaucoup plus dangereux et beaucoup plus
pervers.

Il s’agirait de la présence, à Landouge, dans des locaux
publics, de la Calandreta 
Lemosina : une école privée, donc marquée du sceau de
l’infamie, dans laquelle les 
enfants apprennent l’Occitan dès trois ans et dont le
vice-président Monsieur B. ne 
ferait pas mystère de ses louches accointances pronazies
et de ses sympathies basco-
terroristes. 

Sur ce dernier point vous conviendrez d’ailleurs aisément
que le communiqué que vous 
reproduisez avec délectation condamne sans ambiguïté la
violence et que donc, comme 
d’ailleurs le reste de vos petits montages, captures
d’écrans de sites publiques ou 
divulgation de courriers faussement sulfureux... Vos
preuves ne prouvent rien… Si ce 
n’est la haine aveugle que provoque chez vous, comme
d’ailleurs chez feu le généralissime 
Franco, la seule vue d’une
Ikurrina. 

ecolepublique87 22/11/2011 00:16



Une lettre ouverte sous un pseudonyme, comme c'est drôle ! Il faut revoir, monsieur, la définition de lettre ouverte.


Nous nous sommes demandés un instant tout de même en voyant ce message si nous allions le publier, tellement il est sans fondement, sans raisonnement, bourré de clichés de pacotilles et de
populisme.


Vous venez de m'apprendre que les locaux de la calandreta ont été saccagés.


Et vous croyez vraiment qu'avec tout le mal qu'on ce donne pour cette école, on va la dégrader, ou qu'on va insiter à le faire! Surtout avec la somme d'inepties à laquelles nous devons répondre
quotidiennement (la preuve encore ce soir!).


Qui a dit que nous cherchions à rendre ce site sulfureux ? les propos contenus dans certains messages de M Barral prouvent, monsieur, que certains sympatisants de la calandreta font partie de
PNO, groupement qui visent à créer une cission au sein de notre nation,  ce qui nous inquiéte et qui devrait vous inquiéter si vous êtiez un républicain, enfin comme d'habitude DEJA REPONDU.


Vous pouvez bien faire flotter n'importe quel drapeau au dessus de votre maison, vous en êtes libre et j'espère que cela vous procura beaucoup de plaisir.


Enfin, nous nous étonnons de voir ce déchainement de sentiments régionnalistes (et pas qu'en Limousin) à l'approche d'un grand rendez vous électoral. Il ne faudrait pas prendre les enfants du bon
dieu pour des canards sauvages. Attention au mélange des genres, l'école et la politique ne font pas bon ménage.


Vous vous agitez tout seul, calmez vous ! L'univers paranoïaque dans lequel vous évoluez n'est pas le nôtre.



Elise Hôte 21/11/2011 19:41


Définition du Trésor de la Langue Francaise ( dictionnaire édité par le CNRS, référence pour les chercheurs, et réputé pour être beaucoup moins poussiéreux que celui de
l'Académie Française) :


1. Fait de tolérer quelque chose, d'admettre avec une certaine passivité, avec condescendance parfois, ce que l'on aurait le pouvoir d'interdire, le droit
d'empêcher.


2. a) État d'esprit de quelqu'un ouvert à autrui et admettant des manières de penser et d'agir différentes des
siennes.


2.b) [À propos des opinions philos., pol., relig., des engagements soc., etc. d'une pers.] Respect de la liberté d'autrui en matière d'opinions et de croyances.


Le trésor de la langue francaise (version informatisée)


 

ecolepublique87 21/11/2011 22:07



J'ai donc affaire à quelqu'un qui est capable de juger d'une définition de l'Académie Française. Il faut arrêter de rire là. Vous pouvez penser, agir, éduquer comme bon vous semble, vous en avez
toute la liberté. Mais dans des locaux privés, puisque vous êtes une école privée. Et encore une fois, c'est la dernière fois que nous nous exprimons sur ce thème, bis repetita, DEJA REPONDU.



sonia 21/11/2011 19:37


Votre blog est effarant de bêtise.  Des enfants se retrouvent à quelques jours de la rentrée sans locaux suite à une intempérie. Il y a des bâtiments inoccupés dans l'école de vos enfants.
Vous devriez être honorés de pouvoir accueillir et réconforter ces petits. Cela s'appelle l'hospitalité. La générosité. Sans discussion ou autre forme de procès. Au lieu de cela, pétris de
mauvaise foi, vous braillez comme du bétail qu'on emmène à l'abattoir : "laïciiitéééé laïciiitééééé" sans même prendre la peine de vous poser de bonnes questions sur ce que sont l'Education ou
l'Etat. 


Vous êtes de ces gens qui ferment leurs portes aux autres et qui trouveraient toujours un prétexte pour ne jamais l'ouvrir. Rassurez-vous, l'Histoire nous a déjà prouvé que vous n'êtes pas les
premiers.  


Vous devriez avoir honte. 

ecolepublique87 21/11/2011 22:03



Au niveau de l'éducation, je ne savais pas que nous avions affaire à un ensemble de pédagogues avertis ici. Si cela a déjà été le cas, et bien, je n'ai pas réussi à m'en rendre compte.


1 : les bâtiments n'étaient pas inoccupés (cf garderie + activités margoulines)


2 : Si la vraie raison de votre départ était le sinistre du 2 aout, pourquoi n'étes vous pas dans vos locaux aujourd'hui, sachant qu'ils étaient réparés au 2 septembre, et je préviens toute
personne intervenant sur ce fait, à présent la réponse à cette divagation sera : DEJA REPONDU !


3 : Les portes, vous les avez forcées, avec le concours de la mairie.


4 : Point de honte à faire respecter la république, et la loi de 1905. Si vous partiez route de Toulouse aujourd'hui vous ne seriez pas dehors, mais il faudrait payer un loyer!